Aulnay-sous-Bois : la mairie accepte de revoir sa copie concernant le projet Croix-Blanche

Publié le par DZPAB

Vous trouverez ci-dessous un article du Parisien daté d'aujourd'hui relatant comment la mairie a accepté de revoir sa copie concernant le projet d'aménagement de l'ancien centre des impôts avenue de la Croix-Blanche. Pour celles et ceux qui ont essuyé les plâtres en réclamant à cor et à cris ( ou même parfois  à corps et à cris !) un urbanisme concerté, cette évolution aussi spectaculaire qu'inattendue sonne comme un véritable espoir... qui ne demande qu'à être concrétisé dans les faits...

Stéphane Fleury   

croixblanchescenario2aC'est une sacrée avancée pour l'Association de défense du quartier Croix-Blanche à Aulnay-sous-Bois. Ses représentants ont été reçus samedi dernier par le maire (PS) Gérard Ségura. Ils avaient apporté les 1 200 signatures recueillies dans le quartier contre un projet de construction de logements jugé démesuré. Ils en sont repartis avec une promesse : le projet va être revu et corrigé et prendre en compte leur avis.

La mobilisation durait depuis plusieurs mois dans ce secteur pavillonnaire du sud de la ville. A l'origine de la grogne, la construction envisagée de 45 à 65 logements (dont environ 30 % de logements sociaux), sur le terrain de l'ancien hôtel des impôts, avenue de la Croix-Blanche. L'association s'est alors constituée avec des militants de droite et de gauche, ralliant de nombreux soutiens.

C'est n'est pas la première fois qu'un projet d'urbanisme suscite le mécontentement des habitants dans la ville. Dans d'autres quartiers, comme la cité Arc en ciel, la mobilisation n'a pas permis d'instaurer un dialogue avec la municipalité. Cette fois, il semble que le climat se soit singulièrement radouci.

Les riverains seront consultés

nonprojetcroixblancheSamedi dernier, au terme d'une heure trente de discussion, l'association et le maire ont trouvé un terrain d'entente. "On va attendre le résultat de sondages du sous-sol, qui permettront de dire si on peut aménager des parkings souterrains, indique-t-on au cabinet du maire. Puis on va travailler avec l'association, puis sans doute le conseil de quartier, sur un nouveau projet. On n'exclut pas de faire appel à un architecte qui participe à la réflexion."  Un espace de la mairie annexe du quartier pourrait être dédié aux réunions de travail et à la présentation d'une maquette...

De son côté l'association reste ferme sur ses exigences : "Un respect de l'environnement du quartier, une hauteur maximale des bâtiments de 11 m et enfin la construction maximale de 30 logements de qualité, avec des espaces verts et un nombre suffisant de places de parking, soit 2 par logements, afin d'éviter tout encombrement des rues."

Source : Gwenael Bourdon Le Parisien le mercredi 12 octobre 2011.

Publié dans Presse et Urbanisme

Commenter cet article